Comment être productive avec un BABI ?

Qu’est-ce qu’un BABI ? 

Un “Bébé Aux Besoins Intenses” est un bébé qui réclame très souvent les bras, donne l’impression que c’est le seul endroit où il se sent bien, où il peut dormir, il pleure quand il nous perd de vue ou quand on le pose quelques secondes mais ses yeux s’illuminent quand on passe du temps avec lui, quand qu’on lui accorde de l’attention, il peut sembler ne jamais être fatigué et ne s’endort pas seul. Attendez… En fait, ce qu’on appelle “BABI”, c’est un bébé qui a besoin de ses parents et de repères, un bébé normal quoi

Et si, en fait, on prenait le problème à l’envers ? 

Il y a des bébés très calmes qui gazouillent calmement dans le lit, attendent patiemment l’heure du repas et font leur nuit le premier mois (oui, ça existe vraiment…), mon bébé à moi n’en fait pas partie. Je me revoit sourire quand j’entendais autours de moi que je n’avais aucune raison d’être fatiguée car “à cet âge là, ils dorment tout le temps“. Ah oui pardon. Les premiers mois, furent ceux de la découverte totale de la maternité, et des nuits blanches car, maintenant que j’ai un peu de recul, je me rend compte que je ne m’y prenais pas bien pour économiser mes forces, me reposer, gérer les différents changements liés à la présence de bébé…. Au lieu de m’adapter, j’ai cherché à retrouver les repères que j’avais avant la naissance. Ce fut ma plus grande erreur. 

Voici donc, réunis dans ce billet, quelques conseils et astuces qui m’ont aidée à retrouver un quotidien serein et qui m’ont permis de profiter pleinement de ma fille. J’espère en toute modestie qu’il pourra venir en aide à d’autres mamans et leur éviter quelques crises existentielles <3 

 

Se reposer

J’aborde ce sujet en premier car on sait que ce n’est pas facile de trouver un rythme de sommeil correct avec l’arrivée d’un bébé. Notre attention est toute tournée vers notre petit bout d’amour qui ne fait pas encore la différence entre le jour et la nuit et /ou qui fait des siestes de 30 minutes chrono (après avoir passé 45 minutes à essayer de l’endormir…), ce qui en soit, nous laisse à peine le temps d’avaler quelque chose pronto et de prendre une douche …

  • Dormir en même temps que bébé

C’est la base : on essaye de récupérer un maximum de sommeil en dormant en même temps que bébé. C’est vrai que du coup, on a l’impression de ne pas faire grand chose à côté mais bébé a besoin qu’on soit forme, détendue et de bonne humeur, le ménage attendra. 

  • Savoir reconnaître les signes de fatigue 

Savoir reconnaître les signes de fatigue chez bébé vous évitera de gaspiller votre énergie à vouloir le coucher alors qu’il n’est pas prêt à dormir. Passé quelques mois, un bébé qui a sommeil se tire les oreilles, a les arcades sourcilières rouges, bâille parfois… Restez attentive afin de déterminer à quelle heure (approximativement) bébé a tendance à avoir sommeil, vous pourrez ainsi vous organiser plus facilement.

  • Passer le relais 

Si c’est possible, essayez de confier votre enfant au Papa, à vos parents ou à une personne digne de votre confiance (votre meilleure amie par exemple) pour souffler un peu. Pas besoin d’abandonner votre bout de chou trop longtemps ni même de s’absenter : 30 minutes de calme seule dans une autre pièce est un luxe pour une jeune maman et le fait de ne pas être loin de son enfant est très rassurant. Profitez-en pour dormir, ou mettre à jour des tâches qui vous tiennent à cœur : ce temps, c’est le votre, vous décidez de ce que vous en faites. Après avoir pu souffler un peu, vous reviendrez  plus détendue et patiente vers votre bébé.

Sortir

  • Echarpe de portage

Ça a été la grande solution pour moi car ma fille refusait de dormir ailleurs que dans mes bras. J’ai donc essayé l’écharpe et ça a été radical ! Elle pouvait y dormir plusieurs heures confortablement installée pendant que je faisais la vaisselle, passait l’aspirateur, déjeunais, regardais un film … et il m’arrivait même d’avoir le temps de dormir un peu 🙂 C’est simple, quand elle se réveillait, elle sentait l’odeur de maman (ou du lait … ? 😅) et se sentait sûrement rassurée : il lui arrivait d’ouvrir les yeux mais elle les refermait immédiatement après quelques caresses <3  On préférera les matière en coton  extensibles pour plus de maniabilité, surtout au début. Certaines maternité proposent un cours pour apprendre à la nouer mais vous pouvez également regarder des vidéos tutos sur le net. Il y a de nombreuses manières de nouer une écharpe de portage, à vous de trouver celle qui vous convient le mieux. 

  • Porte-bébé

Il a relayé l’écharpe de portage quand elle est devenue assez grande pour en sortir les bras, s’agiter dans tous les sens et me faire avoir la frayeur de ma vie à chaque mouvement (environs 8 mois). Elle s’y sentait tout aussi bien que dans l’écharpe, et il lui arrivait souvent de dormir pendant nos sorties. Attention : pour bien le choisir, bébé doit pouvoir faire le dos rond (il ne faut pas qu’il soit assis le dos droit ⚠)  et avoir les genoux relevés au niveau du bassin. On attendra que bébé ai un an pour le porter sur le dos et on évitera le portage “face au monde” car la plupart du temps cette position ne respecte pas les critères que nous venons d’énoncer : bébé se retrouve le plus souvent le dos droit, les jambes dans le vide. Certaines marques proposent des portes-bébé pouvant aller jusqu’à 4 positions (portage ventral, dorsal, “face au monde et latéral). La position latérale (sur la hanche du parent) est bien pratique quand nos petites têtes commencent à montrer de l’intérêt pour le monde extérieur car il permet de garder maman (ou papa) dans le champs de vision tout en regardant autours de lui.. 

L’écharpe et le porte-bébé se portent aussi bien en été qu’en hiver selon les préférences de chacun. Le porte bébé Mei-Tai est un très joli compromis entre l’écharpe de portage et le porte-bébé. 

  • Rédiger une liste de choses à prendre

En général, quand ils nous font savoir qu’ils ont faim, on n’a vraiment pas le temps de s’attarder sur les détails. Prévoyez une tenue qui facilite l’allaitement ou ce qu’il faut pour préparer rapidement un biberon. On prépare donc son sac en avance et on n’hésite pas à rédiger une liste qu’on suivra avant chaque sortie pour être sûre de ne rien oublier (et de ne pas courir dans toute la maison comme une dératée). Ça parait assez militaire dit comme ça, mais l’organisation est la clé de l’efficacité et qui dit gain de temps, dit plus de temps pour soi !

 

 

Etudier

  • Faire un planning de travail / révisions

L’idée étant de répartir le travail pour avancer doucement mais sûrement, de manière régulière pour être sûre de retenir un maximum d’informations et ne pas se sentir dépassée.

  • Définir une routine de travail

Déterminez le moment de la journée pendant lequel vous êtes la plus productive : le matin avant de commencer la journée ? Le soir après un bon dîner ? En travaillant dans une atmosphère favorable, on est beaucoup plus productif.

Ma solution ultime 

Mon secret ? Faire participer ma fille à tout (ou presque tout) ce que je fais : elle verse la farine dans les gâteaux, m’aide à pétrir la pâte à pain, dessine pendant que j’annote mes cours, se brosse les cheveux pendant que je me coiffe, vas chercher ses chaussures quand c’est l’heure de sortir, m’aide à retourner les pancakes avec la spatule, et on étend même le linge ensemble ! Ces quelques “activités” lui permettent, en dehors des activités lambda telles que la peinture par exemple, de se sentir réellement utile, d’être fière d’elle et de lire la fierté dans nos yeux quand elle accomplie une tâche. Et à nous parents, elles permettent aussi d’avoir quelques secondes de répit dans la journée en plus de cultiver la curiosité de bébé et de développer sa motricité fine 😗 

J’ai une amie qui m’a confié avoir un peu peur de faire participer son fils pour plusieurs raison : elle considère certaines tâches comme étant ingrates, comme le ménage par exemple, et elle craint de le voir se blesser si elle pratique des activités culinaires avec lui. Les enfants veulent tout faire comme nous, et le faire participer, même au ménage, contribue à lui donner confiance en lui car il considère qu’il fait des choses de grands. Il n’y a rien de mal à lui demander de ramasser leurs jouets pour passer l’aspirateur ou d’aller chercher une couche pour les changer, au contraire ! Et pour ce qui est de la cuisine, essayez de le laisser s’occuper des mélanges (farine, lait, etc) tandis que vous vous chargerez de la cuisson. C’est une chouette répartition des tâches qui lui feront véritablement se sentir utile <3 Alors les filles (et les garçons perdus par ici) pour le bien de tous, OSONS! <3

 Pour finir

Je ne dormais ni ne mangeait plus à heure fixe, tout était chamboulé et je pouvais prendre une douche à 15h comme à 4h du matin. Finalement, je vivais sans prendre en compte l’heure car je faisais les choses quand j’avais le temps de les faire, tout simplement. Mais j’avais besoin de repères, alors j’ai commencé à mettre en place une routine simple pour cadencer la journée : il peut s’agir d’une série / émission ou d’un petit rituel par exemple (boire une infusion avec un petit gâteau, aller chercher le courrier avec bébé, lire quelques pages de son livre préféré…). Le tout est de trouver quelque chose qu’on aime bien faire un peu chaque jour, qui nous détend. Croyez-moi, ça aide.

Personnellement je me souviens d’une période où, juste avant de coucher ma fille pour la sieste, je regardais “les Z’amours” (no jugement please~). J’étais toujours curieuse de voir à quel point les partenaires se connaissaient et comment ils percevaient l’autre. Et à ce moment, je ne pensais plus à toutes les tâches que je devaient accomplir plus tard, pour x ou y raisons. 

Même si un nombre incroyable de tâches nous attend, je pense que le plus important est de revoir l’ordre de ses priorités afin de d’être productive et de profiter de son enfant. On se plaint souvent de ne rien faire d’autre que s’occuper de son bébé ou de n’avoir le temps pour rien. Et c’est vrai qu’entre la fatigue, la sur-sollicitation de bébé, les rdv chez le médecin pour les vaccins, la découverte de l’allaitement / des biberons, les coliques du nourrissons… On a à peine le temps de fermer l’œil, quand on a de la chance, qu’il faut se lever à nouveau. Être maman et assumer les responsabilités qui en découlent n’est pas de tout repos. Mais les premiers instants (et les suivants) passent si vite ! Ce sont des moments éphémères qui resteront gravés à jamais dans notre mémoire et on rira bientôt des nuits blanches des premiers jours, même si c’est vraiment dur à croire sur le moment. 

Article lié : ce qu’il  faut savoir sur le Cododo 

 

Que pensez-vous de ces conseils ? Que faites-vous pour dégager du temps pour vous, comment gérez vous votre emploi du temps ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires, j’ai hâte de vous lire et qui sait, de mettre vos conseils en application !

 

Cet article t’as plu ? Épingle-le !

 

 

 

Share Button



4 thoughts on “Comment être productive avec un BABI ?”

  • tu sais que je travaille dans le domaine depuis plusieurs années et le terme BABI je ne l’aime pas… comme tu as dis c’est un bebe qui a juste besoin de maman et c’est ca la maternité… des bebes aux besoins non intense je n’en connais pas. le contraire devrai faire reflechir car un bebe ressent la receptivite de sa maman ou pas…
    pour le sac a langer achete tout en double et laisse le toujours pret a etre utilisé.
    pour les portes bebes tu peux utliser l’echarpe encore longtemps et le face au monde est en plus insecurisant pour eux et dangereux a la maison si tu cuisines
    le tout est des la naissance de leur parler bcp, de les porter, de faire du peau a peau et petit a petit les ouvrir au monde.
    souvent les jeunes mamans ne porte pas assez leur bebe des la naissance et ne continue pas de faire qu »1 avec bebe ce qui developpe les besoins intenses par la suite. je suis breve mais si tu veux en parler tu sais ou me trouver.

    • Tu as tout à fait raison de ne pas aimer ce terme : il insinue que ce n’est pas normal que les bébés aient tant besoin de contact dès la naissance. On a fait de la norme, une anomalie… A part ça, et mis à part le fait que ce n’est pas du tout rassurant pour un tout-petit de se retrouver comme ça face au monde, je n’avais même pas noté le coté dangereux de la cuisine ! Ça semble évident, mais comme je ne l’ai jamais fais, ça ne m’avait pas effleuré :/ Merci pour tes précieux conseils Audrey <3

  • Très intéressant ton article, je pense que l’idée du petit rituel à soit est important à conserver, même si comme tu le dis ça ne dure qu’une demi heure et que ton enfant n’est pas loin, c’est déjà ça pour te retrouver en tant qu’être et pas seulement en tant que maman.
    Je suis plutôt d’accord avec le commentaire au dessus, je trouve ce terme de BABI assez péjoratif, un bébé qui a besoin du contact de sa maman ça me parait plutôt sain au contraire mais bon je n’y connais pas grand chose encore lol

  • Je dois avouer que ce terme m’étais inconnu dans quelle étrange société vivons nous, pour que les besoins naturels des bébés soient considéré comme anormaux. S’ils n’avaient pas besoin de soins, d’attentions et d’amour, ils viendraient aux monde, adultes (imagine un bébé d’un mètre quatre-vingt) .Je dois admettre que ton article est plein de bon sens et vraiment bien écrit . Il me plonge dans ma propre expérience.
    Merci de mettre en mots, les expériences de la maternité.

    Bisous 😘

Laisser un commentaire