Ces idées reçues sur l’allaitement …

 

“Être mère, ce n’est pas seulement donner la vie, c’est aussi la préserver, la protéger, la conduire jusqu’à son épanouissement”
Marie Thirion , “L’allaitement”

 

Celles qui me lisent régulièrement savent que j’allaite Minipuce depuis un peu plus de 15 mois maintenant. Les débuts n’ont pas été faciles mais on y est ! Je suis heureuse d’avoir cette chance mais je me rend compte qu’il y a tout un tas de croyances qui démotivent les mamans qui essaient ou qui dissuadent les mamans qui voulaient se lancer. Encore une fois, j’insiste sur le fait que chaque femme est libre d’allaiter ou non et cet article n’a pas du tout pour but d’apporter un jugement sur les choix de qui que ce soit. J’ai simplement jugé utile de tordre le cou à ces mythes qui arrachent à certaines mamans l’occasion de vivre une expérience merveilleuse. Ça me fend le cœur de lire tous les jours des témoignages de personnes n’ayant pas été informées correctement… Voici donc une petite sélection (car en vrai, la liste est bien plus longue) de ce que j’ai lu et entendu le plus souvent jusqu’à aujourd’hui, ainsi que les idées les plus farfelues dont j’ai pu croiser le chemin. Maman, allaitantes ou non, attention les yeux vous risquez d’être surprises !

allaitement

 

Les mamelons doivent avoir une certaine forme pour être pris en bouche

 Pas d’inquiétude à avoir si le téton est un peu raplapla au moment de la tétée : lorsqu’il est stimulé, le sein se durcit et s’allonge : vous connaissez déjà ce processus, on parle d’érection, ou de thélotisme dans le cas présent. Si bébé n’arrive pas à prendre le sein en bouche au début, n’hésitez pas à l’aider un peu en appuyant doucement, délicatement sur son menton pour lui ouvrir la bouche plus grand.

Il faut percer le bout du sein avant le premier allaitement

Mon Dieu, il faut dire que c’est vraiment la coutume la plus wtf que j’ai pu lire par-ci par-là. Sérieusement, c’est quoi l’idée, essayer de reproduire une espèce de seconde défloraison ? Et douloureuse bien sûr, sinon c’est pas drôle… Non mais vraiment, vous vous voyez stimuler une blessure à intervalles réguliers en l’empêchant de cicatriser vous ?? Mère Nature fait tellement bien les choses que l’homme ressent parfois le besoin de les compliquer un peu… J’ose à peine imaginer la douleur que doivent ressentir ces mamans 😡 

Le sein comme une source (ou comme la femme selon certains…) : capricieux !

La production de lait n’est pas aléatoire, elle s’adapte aux besoin de bébé donc s’il tête régulièrement, il y aura du lait. Il n’y a que de très rares exceptions et en général, les baisses de lactations sont dues aux poussées de croissances de bébé, au stress, à un changement de routine, à la diversification alimentaire…

La capacité à allaiter est héréditaire

Mis à part quelques exceptions, la capacité à allaiter son enfant n’est pas du tout héréditaire : si une maman a du mal à allaiter, il n’y a aucun risque que sa fille ai le même problème.

Plus les seins sont gros, plus il y a de lait

Nope. Des seins tout petits peuvent rassasier un bon bébé, j’en suis la preuve vivante ahah 

La reprise de la sexualité avant le sevrage nuit à la production de lait …

Au contraire ! Une sexualité épanouie favorise le bien-être et installe donc des conditions favorables à l’allaitement. 

… et le retour de couche aussi !

 

Si une maman est enceinte, elle doit sevrer l’enfant encore allaité

Pendant la grossesse, le corps se prépare à l’allaitement et à la naissance, le nouveau-né reçoit ce un liquide épais et doré : le colostrum. En outre, ce nectar très riche et complet mais néanmoins très  permet à bébé de tenir jusqu’à la première montée de lait. C’est vrai que si la maman continue d’allaiter son premier enfant, elle n’aura pas de colostrum à donner à son cadet, par contre elle aura déjà du lait en quantité, ce qui au final revient exactement au même 🙂 Vous suivez ? 

Si je ne produit plus assez de lait, je dois compléter avec autre chose !

C’est totalement faux ! Au contraire, plus on va compléter avec une autre alimentation, et moins il y aura de lait. La solution est de mettre bébé au sein le plus souvent possible pour stimuler la production, faire comprendre au cerveau qu’il doit produire plus car bébé est en demande. 

 

“Les seins fonctionnent si on les fait fonctionner, ils végètent si on les fait végéter”
Marie Thirion, “L’allaitement”

 

Sans la “tétée” d’accueil, c’est très mal parti…

Il s’agit de la toute première tétée de bébé qu’il est sensé prendre dans l’idéal (théoriquement) dans les quelques heures après la naissance, A vrai dire, je ne connaissais pas ces fameuses tétés d’accueil à la naissance de ma fille, et j’en suis bien heureuse car je ne me suis pas inquiétée de voir qu’elle n’avait pas faim tout de suite. Moi je n’avais rien avalé depuis presque une journée et avec toutes les émotions qu’on venait de traverser, c’était bien la dernière chose à laquelle je pensais ! La faim et la fatigue me sont tombés dessus d’un coup, je me disais que c’était pareil pour mon boud’chou. Je trouve ça bien dommage que certains membres du personnel de santé fassent une fixation sur ça et alimentent l’anxiété des mamans … 

 

Et voilà, l’article touche à sa fin ! Je n’hésiterais pas à ajouter de nouvelles “fausses bonnes idées” au fur et à mesure que j’en prendrais connaissance. 

Et vous dîtes-moi, avez-vous déjà été victimes de l’une d’elles ? 

 

Cet article vous a plu ? Épinglez-le !

 

Share Button



Laisser un commentaire